Communiqués

 


Henri Amouroux

 

Voir sa fiche biographique

 

Vie de
l'académie
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire

Disparition d'Henri Amouroux

 

Le journaliste et historien Henri amouroux est décédé dimanche 5 août 2007 en Normandie, à l'âge de 87 ans. Né le 1er juillet 1920 à Périgueux (Dordogne), le Périgourdin était devenu le mémorialiste du peuple français lors de la seconde guerre mondiale en publiant La grande histoire des Français sous l'Occupation, une imposante série en 10 volumes.
Henri Amouroux a effectué une grande partie de sa carrière à Sud-Ouest, où il était rentré en 1944, avant de prendre la direction de France-Soir en 1974.
Président du Prix Albert Londres depuis 1985, il avait élu membre de l'Académie dans la section Histoire et Géographie le 27 novembre 1978 au fauteuil laissé vacant par le décès de Jacques Chastenet.

Au cours de ses obsèques qui se se sont déroulées le mercredi 8 août en l'église parisienne Saint Jacques du Haut Pas, quelque 200 personnes, dont de nombreux journalistes, sont venus lui rendre hommage.

Jusqu'à sa dernière heure, il a gardé sa position de sentinelle, avec sa plume véloce et jamais assassine, sans concession et sans méchanceté ", a dit son confrère Jean Cluzel, membre de l'Académie des sciences morales et politiques.

A la demande du défunt le grand rabbin Alain Goldmann, qui était son ami depuis leur rencontre dans les années 1950 à Bordeaux, a lu un psaume.

Représentant le jury du prix Albert Londres, sa présidente, Josette Alia, a lu la célèbre préface de "Terre d'ébène", livre écrit après quatre mois de reportage en Afrique par le célèbre grand reporter, dans lequel il affirmait : " Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie ".
Cher Henri, c'est ce que nous continuerons à faire ", a-t-elle conclu.

Après la cérémonie, sa dépouille a été transportée près de Bordeaux, où il devait être inhumé dans l'intimité.


Intégralité du discours prononcé par M. Jean Cluzel
en hommage à Henri Amouroux lors de ses obsèques
.